Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR) et revenus exceptionnels



La loi de finances pour 2012, votée en décembre 2011, a instauré une contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, qui consiste à une imposition complémentaire de 3% puis de 4% à partir de revenus supérieurs à 250 K€ pour un célibataire et à 500 K€ pour un couple. Que se passe-t-il en cas de perception d’un revenu exceptionnel tel qu’une plus-value ?

 

Assiette de la Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR)

 

La particularité de cette imposition résulte de son assiette, qui est constituée non du revenu imposable mais du revenu fiscal de référence (RFR), qui est en général plus élevé.

 

En effet, le RFR a une assiette plus large que le revenu imposable car il intègre notamment :

 

  • les plus-values immobilières taxées au taux de 19% ;
  • les abattements pour durée de détention des plus-values sur valeurs mobilières et droits sociaux ;
  • l’abattement de 40% sur les dividendes ;
  • certains revenus exonérés.

 

Ainsi, un contribuable qui aurait réalisé une plus-value importante à l’occasion de la cession de son entreprise, bien que bénéficiant des abattements pour durée de détention, sera susceptible de voir son taux d’imposition sur la plus-value réalisée augmenté de 4%, sur le montant total de la plus-value avant abattement.

 

Taux de la Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR).

 

Les seuils et les taux d’imposition à la CEHR sont simples et dépendent de la situation familiale du contribuable selon qu’il vit seul ou en couple.

 

Pour un couple, la CEHR est due, si revenu fiscal de référence (RFR) dépasse 500 K€, son taux est de 3% pour le RFR compris entre 500 K€ et 1 000 K€ et 4% au-delà.

 

Pour un célibataire, veuf, séparé ou divorcé, la CEHR est due, si revenu fiscal de référence (RFR) dépasse 250 K€, son taux est de 3% pour le RFR compris entre 250 K€ et 500 K€ et 4% au-delà.

 

Revenus exceptionnels.

 

Le législateur a prévu un dispositif spécifique, appelé mécanisme de lissage ou mécanisme de quotient, permettant d'atténuer l'imposition pour un contribuable qui franchit le seuil d'imposition en raison de la perception d'un revenu exceptionnel, si les trois conditions suivantes sont respectées :

 

  • il doit avoir bénéficié, au titre de chacune des deux années précédant celle de l'imposition d'un revenu fiscal de référence inférieur ou égal au seuil d'imposition à la contribution (250 K€ ou 500 K€) ;
  • son revenu fiscal de référence de l'année d'imposition doit être supérieur ou égal à une fois et demie la moyenne des revenus fiscaux de référence des deux années précédant celle de l'imposition ;
  • ses revenus non passibles de l'impôt sur le revenu en France ne doivent pas excéder plus de 50 % de ses revenus mondiaux au titre des deux années précédant celle de l'imposition.

 

Normalement l’administration applique spontanément ce mécanisme de quotient, ce peut ne pas être le cas, il y a donc lieu de le vérifier.

 

Nous mettons à votre disposition un simulateur vous permettant de déterminer le montant de la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, d’une part sans application du mécanisme du lissage et d’autre part avec application éventuellement du dispositif de lissage des revenus exceptionnels si les conditions sont respectées.

 

Par ailleurs, en cas de changement de la situation matrimoniale, il convient demander expressément l’application du mécanisme de lissage.

 

Date :18/08/2013 - Source : Vincent HALBOUT - VHA
 




Toutes nos simulations fiscales


>> Simulation acquisition immobilière
>> Simulation charges sociales
>> Simulation donation cession d’entreprise
>> Simulation IR
>> Simulation CEHR
>> Simulation Plus-value mobilière
>> Simulation Plus-value immobilière
>> Simulation CIMR - Prélèvement à la source


Dossiers - Fiscalité


Optimisation fiscale cession entreprises

Optimiser la fiscalité de la cession d’entreprise par une donation (Partie 1/2)

Optimiser la fiscalité de la cession d’entreprise par une donation en chiffres (Partie 2/2)

Acquisitions immobilieres

Calcul des plus-values immobilières

Quel avenir pour le démembrement temporaire de propriété ?

Acquisition en démembrement : Il va être difficile d'acquérir un usufruit temporaire.

Le démembrement de propriété de parts sociales de SCI

Le démembrement de propriété comme moyen d’acquisition d’immobilier d’entreprise (Partie 1/2)

Le démembrement de propriété comme moyen d’acquisition d’immobilier d’entreprise, en chiffres (Partie 2/2)

Acquisition d'immobilier d'entreprise, quelle solution choisir ?

Regularisation fiscale

Comptes étrangers non déclarés découverts par l’administration : Cas du Crédit Suisse

Echange automatique d'informations et échange de renseignements en matière fiscale

Notre intervention et nos honoraires pour le traitement d’une régularisation fiscale de compte à l’étranger

Modalités pratiques de la régularisation fiscale

Exemples du coût de la régularisation fiscale des comptes à l’étranger

Régularisation fiscale des comptes à l’étranger

Remuneration des dirigeants

Optimisation de la rémunération des dirigeants et flat tax sur dividendes

Optimisation de la rémunération du dirigeant - Choix du statut social et dividendes

Optimisation de la rémunération du gérant majoritaire de SARL

Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR) et possibilités de dégrèvement sur 2011

Charges sociales sur dividendes, la transformation en SAS, fausse bonne idée

Contribution exceptionnelle sur les hauts revenus (CEHR) et revenus exceptionnels

Conseil et actualites

Prélèvement à la source et année blanche : Le CIMR

Comment optimiser le prélèvement à la source

Le prélèvement à la source

Imposition et calcul des plus-values mobilières

Fiscalité des SCI

VHA - Cabinet d'avocats conseils

52 Boulevard Malesherbes
75008 PARIS
Tel. : 01 45 22 32 76
info@vhavocats.fr